L’open science ou comment rendre la recherche scientifique plus transparente

Dans un univers où désormais tout doit être « ouvert », la science n’y échappe pas. L’open science se fonde sur le partage dans l’espoir de faire progresser plus vite la connaissance.

L’émission CQFD de la Radio Suisse romande  a consacré jeudi dernier une partie de son temps d’antenne à l’Open Access et à l’Open Data, évoquant notamment l’importance d’un partage ouvert des données scientifiques, et la toute nouvelle politique du Fonds national suisse en la matière. Cette dernière prévoit que toute recherche scientifique menée grâce à des fonds public devra être librement accessible à tout citoyen.

Intervenants: Bruno Strasser, historien des sciences à l’Université de Genève, Marc Robinson-Rechavi, professeur associé au Département d’écologie et évolution de l’Université de Lausanne, et Angelika Kalt directrice du Fonds national suisse de la recherche scientifique. Un dossier de Sophie Proust.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s